STRATES // Psktear expose pour la nouvelle galerie montpelliéraine !

By Amelie Sales — mai 19, 2015

toile psktear 2Laurent Peybernes aka Psktear, participe à l’exposition Strates montée par Salamech pour l’inauguration de la Blended Art Gallery by Senzo. Dans cette nouvelle galerie d’art montpelliéraine, il exposera aux cotés d’Al Sticking, The Wizard, Mr Garcin ou encore Zeklo, à partir du 29 mai prochain. Interview.

Après le succès de Parcours en 2012, que prépare Salamech avec l’exposition Strates ? Pour Strates, Salamech a cherché à réunir des artistes aux styles assez différents avec l’idée de jouer sur les textures, les matières, les volumes. On sera six à exposer dans une belle galerie au cœur du centre-ville de Montpellier. Nous avons des univers assez variés, un mélange entre le street-art, le pop-art et la culture geek. C’est ce qui rend cette expo intéressante. L’équipe de Blended met en place un beau projet avec l’idée de mettre en valeur la création artistique à Montpellier, en misant sur l’ouverture à toutes les disciplines. Ça fait plaisir de pouvoir participer à cette aventure !

Comment es-tu entré dans le projet ? Salamech est venu voir mon expo au Runthings shop en 2013 et m’a acheté une toile. Il y a quelques semaines, il m’a appelé pour me proposer d’intégrer son atelier d’artistes et participer à Strates. J’ai dit oui de suite ! J’aime beaucoup son travail, il a un parcours hors normes assez surprenant. Il ose faire des choses qui relèvent de l’interaction des genres en fusionnant son histoire de vandal avec une création artistique de qualité. C’est très enrichissant de travailler avec lui.

Realité augmentéePeux-tu en dire un plus sur ton travail pour Strates ? Pour cette expo, j’ai voulu jouer sur les volumes et les perspectives. Je vais présenter plusieurs pièces pour respecter cet esprit, des toiles classiques mais également des œuvres en 3D. Je vais aussi essayer de proposer des peintures en réalité augmentée.

Utiliser la réalité augmentée c’est plutôt inattendu, d’où vient cette idée ? C’est un projet majeur qu’on a monté en partenariat avec la start-up Âiko située à Jacou. Nous avons été parmi les premiers au monde à adapter cette technologie à des fins artistiques et le résultat est vraiment bluffant. C’est une nouvelle manière de faire de l’art et de le regarder. Une peinture en 3D, ça ouvre beaucoup de possibilités, ça élargit les points de vue. J’ai utilisé une esthétique particulière et adapté mon style avec des toiles plus épurées, ça m’a permis d’évoluer artistiquement. C’était un beau défi, je me suis vraiment régalé !

Tu as un style très caractéristique, qu’est-ce qui t’inspire ? J’aime les artistes qui s’investissent beaucoup et qui ont le souci de la précision, ceux qui arrivent à imaginer quelque chose de nouveau pour s’extraire de la masse et sortir un travail encore plus hallucinant. J’ai des références très variées qui vont de Delta à Hayao Myazaki. Ils ont créé des univers très personnalisés, lumineux, avec beaucoup de détails et j’essaie de m’en rapprocher. Je suis aussi très admiratif du travail des MSK à Los Angeles, ils ont vraiment révolutionné l’art du lettrage. Il y aussi Sat, Roïd ou encore Zoer… Ils sont tellement fort techniquement que je me demande même comment ils arrivent à sortir des pièces aussi précises avec la contrainte de la bombe.

fresque psktear

Certains graffeurs dénigrent les street-artistes qui exposent en galerie et s’éloignent de la rue. Quel est ton point de vue ? Pour ma part, ce que je fais va au-delà du graffiti, c’est de la peinture ou des arts plastiques, même si j’utilise des bombes. C’est un travail minutieux pour chaque facette, chaque trait, chaque ombre, ça se rapproche beaucoup de l’artisanat. Et même quand je peins des murs, j’aime prendre mon temps, me poser dans un terrain, m’appliquer pour sortir de belles pièces. J’admire ce que font certains vandales qui sortent des graffs de malade en très peu de temps, mais ce n’est pas pour moi. J’ai du mal à comprendre ceux qui restent bloqués dans le jeu du graffiti de rue, ils sont trop sectaires. C’est dommage, moi j’ai envie de toucher tout le monde et créer une émotion à une grand-mère comme à un amateur de street-art.

toile psktearQuels sont tes projets pour les prochains mois ? J’ai envie de faire beaucoup de choses dans la lignée de la réalité augmentée. J’ai suivi une formation en vidéo mapping et j’aimerais mettre en scène certaines de mes toiles avec des projections d’images. Je voudrais aussi travailler dans le spectacle vivant avec des troupes de théâtre, faire un peu de scénographie. Mais pour l’instant, ça reste des idées, il faut que je trouve des gens motivés qui me suivent dans mes délires. En attendant je vais participer à des œuvres caritatives notamment pour la Fondation pour la recherche. Et puis, je vais peut-être faire un nouveau « solo-show » (au Runthings Shop & Gallery) à la rentrée, mais ça reste en suspend.

Le vernissage de l’exposition « Strates » aura lieu le 29 mai en présence des artistes à la Blended Art Gallery by Senzo : 8 rue Jacques D’Aragon, à Montpellier

Propos recueillis : Guillaume Rizzo

About Author

Amélie SALES ©2012-2017 Textes et photos protégés par un droit d'auteur. Reproduction interdite !

View all Amelie Sales posts.

Leave A Reply

Laisser un commentaire

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On Instagram