SMOLE // Son TGV : le tag à grande vitesse ?

By Amelie Sales — octobre 22, 2012

Trublion de la scène graffiti, figure majeure de Montpellier et au-delà de ses frontières, Jérôme Almes plus connu sous le nom de Smole a fêté ses 30 ans cet été et compte déjà plus de 15 ans de graffiti à son actif. Son crédo : prendre le train ou plutôt… s’en prendre aux trains !

S’il est possible de calculer le nombre d’années passées une bombe de peinture à la main, impossible par contre pour le jeune graffeur d’énumérer le nombre de trains qu’il a redécoré sans autorisation préalable. Car les supports roulants sont sa spécialité, en témoignent sa bible Subway Art qui fait office de livre de chevet ainsi que les tatouages encrés dans son bras gauche. Mais ni les amendes, ni les condamnations et autres travaux d’intérêt général ne semblent le ralentir dans sa course effrénée aux wagons. Le boute-en-train de la planète graffiti a parcouru les plus grandes villes d’Europe en quête d’un sens à son art : celui de le véhiculer sur les chemins ferrés. Une carte de visite sans conteste bien efficace pour accélérer sa reconnaissance mais aussi son taux d’adrénaline !

Avec Smole, mieux vaut ne pas se fier aux apparences, car derrière la réserve qui le caractérise se cache une véritable folie douce guidant sa peinture vers les murs, toits et autres trains et terrains vagues. Personnalité insaisissable, parfois solitaire, quelquefois incomprise mais toujours humble, Smole investit le Verdanson la nuit pendant que d’autres iraient trinquer dans un bar. Il fait cracher ses bombes durant des heures pour mettre à jour des flops plus colorés les uns que les autres sous la prouesse de l’ « ignorant style ». Et si vous n’avez pas l’occasion de vous rendre au cœur des quais les plus emblématiques et pigmentés de la ville, il suffit parfois de lever les yeux pour apercevoir son blaze ici et là sur les toits de l’Ecusson. Tantôt « Smole », « Smolito » ou « Smolitox », il le confirme volontiers : le graffiti est une drogue qui coule dans ses bombes. A quand le sevrage ? Probablement jamais, au grand dam de la législation française et au bonheur de ses fans et autres adeptes de la smole-attitude qui voient en lui une référence dans l’univers de l’aérosol.

De ciel ouvert à huis clos

Non loin de dérailler, Smole est aujourd’hui un artiste permanent de Montana Gallery à Montpellier, ayant su faire ses preuves pour acquérir la reconnaissance des ses pairs. Le 25 octobre prochain, il est d’ailleurs invité à faire Le Mur rue Oberkampf à Paris : un spot qui a vu défiler les grands noms de l’art urbain contemporain comme Jace, Jef Aerosol, Smash137, Alëxone ou encore C215. Et entre autre depuis un an, Smole échafaude un projet d’envergure auprès de Salamech et Al Sticking : PARCOURS. Dans une maison de 170 m², les trois acteurs de l’art de rue ont retracé leurs chemins d’artiste respectifs. De l’école à l’asphalte en passant par la garde à vue ou encore la galerie, 12 pièces ont été customisées du sol au plafond pour une immersion totale dans la vie des trois street-artistes. L’occasion alors de mieux comprendre l’effervescence de cet univers aussi excitant qu’illégal parfois et de découvrir davantage le travail et le monde coloré de Smole.

►►► Expo PARCOURS : à découvrir jusqu’au 6 janvier 2013 – 2 Rue Marcel De Serres, Montpellier (quartier des Arceaux).

About Author

Amélie SALES ©2012-2017 Textes et photos protégés par un droit d'auteur. Reproduction interdite !

View all Amelie Sales posts.

Leave A Reply

Laisser un commentaire

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On Instagram